Jean-Baptiste Louis CHEVALLIER dit Le Marquis de PUILBOREAU
Saint-Domingue

Jean-Baptiste Louis CHEVALLIER dit Le Marquis de PUILBOREAU

CHEVALLIER
x
x
x
x
x
x
x
Jean-Baptiste Louis CHEVALLIER
Planteur
Marquis de Puilboreau
Habitant propriétaire à la Marmelade et à Plaisance, Lieutenant de dragons, Capitaine des milices du Trou . Membre du Comité du Cap en 1789 .
o ca. 1731
+ ca. 1804
a& Agnès Cloé CHEVALLIER
b& ?
c& Marie-Noële DESSALINES
dx Béatrice Salomé Sophie de SAXER

DESCENDANCE


Avec Agnès Cloé NN
1 ) Charles CHEVALLIER
2 ) Jean CHEVALLIER (ca. 1777-26 avril 1838)

Avec ?
3 ) Amaranthe CHEVALLIER PUYLBOREAU

Avec Marie Noële DESSALINES
4 ) Louis CHEVALLIER (ca. 1783-)
5 ) Bernard CHEVALLIER (ca. 1784-)
6 ) Malvina CHEVALLIER (-1 juin 1804)

Avec Béatrice Salomé "Sophie" de SAXER
7 ) Sophie Julie Louise CHEVALLIER (28 octobre 1791-1 octobre 1883)

 

 

Principale source : MORS

Source externe

Généalogie d'Haïti et de Saint-Domingue
Estelle & Jean-Paul Manuel © 1998-2009.
AVERTISSEMENT : CE SITE NE PEUT ÊTRE CITÉ COMME RÉFÉRENCE CAR IL RASSEMBLE DES DONNEES AUX ORIGINES DIVERSES QUI N'ONT PAS PU ETRE TOUTES VERIFIEES.
N'HESITEZ PAS A SIGNALER LES ERREURS.

Corrections : haiti.saintdomingue @ gmail.com
Révisé le dimanche 20 juin 2010

 

Jean-Baptiste Louis CHEVALLIER

Marquis du Puylboreau

 

Rectifications par Monsieur Jean-Christophe Orticoni auteur du "Nouvel Armorial Corse"

Monsieur Chevalier de Puilboreau, ancêtre direct du Président Don Rafael Trujillo,de la République Dominicaine : Jean-Baptiste, Louis CHEVALIER DE PUILBOREAU, appelé le Marquis de PUILBOREAU, né en 1731, décédé en 1804 .

Habitant propriétaire à la Marmelade et à Plaisance, lieutenant de dragons, capitaine des milices du Trou . Il fut membre du Comité du Cap en 1789 . 

Sa seule union légitime fut celle qu' il contracta avec Béatrice, Salomé, Sophie de SAXER .

Monsieur CHEVALIER DE PUILBOREAU acquit en 1791 de François Gaspard PETIT DU PETIT-VAL le Château et la terre de Hure en Poitou ( aujourd' hui dans le Département de la Charente-Maritime ) que Béat, Baptiste, Louis CHEVALIER DE PUILBOREAU revendit en 1852 à Philippe REY, Général de Brigade.

 

"Joseph [sic] Chevalier, marquis de Puylboreau était propriétaire d'une caféterie coloniale à 1000 mètres d'altitude entre l'Artibonite et le Nord).[...]

Grand propriétaire à Saint Domingue, il possédait également le domaine de Ransan, dans le Bordelais, et le chateau d'Huré aux environs de la Rochelle. [...]

Il y anglicisa son titre en Pulborough [...]

De son vivant, Jean-Baptiste Louis Chevallier avait donné ses terres de l'Attalaye et de Vallière aux uns, aux autres ses habitations Chevallier-Puilboreau et Chevallier, et à Louis tous les autres biens en Haïti."


(in Remembrances, A.F.Chevallier)

____________

"Jean-Baptiste Chevalier, marquis de Puylboreau, se réfugia en Angleterre et y demanda sa naturalisation à la mort de l'empereur Jacques Ier d'Haïti, afin d'éviter toute retombée politique. 

Du concubinage de Jean-Baptiste Chevalier et de son esclave, Marguerite Marie Noël Dessalines, soeur du fondateur de la patrie haïtienne, naquirent Louis (1783) et Bernard (1784).

De Louis Chevalier, l'un des collaborateurs d'Henry Ier, descendent le fougueux Victorin Chevalier, Fontange Chevalier, André Fontanges Chevalier ainsi que les Chevalier de Port-au-Prince, des Cayes, des Gonaïves et du Cap.

Bernard, le benjamin, se fixa quant à lui dans la partie de l'Est et donna naissance aux Chevalier de la République dominicaine, les Kevalière. Parmi ses petits-enfants, figurent Téodulo et Plito Chevalier, directeurs de journaux, sénateurs, députés et ministres, et Ercina Chevalier, institutrice durant plus de cinquante ans, aïeule du dictateur et généralissime Rafaël Léonidas Trujillo, responsable du génocide de trente mille Haïtiens en 1937 - assassiné lui-même en 1961 -, et d'Hector Trujillo, président de la République dominicaine de 1952 à 1960, bisaïeule et trisaïeule de l'immense tribu des Trujillo, des Garcia-Trujillo, des Savinon-Trujillo, des Ruiz-Truijillo, tous dispersés en République dominicaine, au Brésil en Espagne, en France et au Portugal."

(in Encyclopédie Biographique d'Haïti, Ernst et Ertha P. Trouillot, 
Les Editions SEMIS inc.(c) Ottawa 2001)