Gal. Frédéric Victor CHASSÉRIAU
Saint-Domingue

Gal. Frédéric Victor CHASSÉRIAU

CHASSERIAU GABION PAILLARD MORIN CHASSON
Etienne CHASSÉRIAU
x
Esther CHASSÉRIAU née GABION
x
Photo
x
x
Mathurin CHASSÉRIAU
x
Marguerite CHASSÉRIAU née PAILLARD du CHIRON Joseph MORIN
x
Marie-Anne CHASSON
Jean CHASSÉRIAU du CHIRON
x
Louise CHASSÉRIAU née MORIN
Victor Frédéric CHASSERIAU
Militaire, colon
Baron d'empire, 3 avril 1814
o mercredi 21 septembre 1774 France, La Rochelle
+ ca. 18 juin 1815 Belgique, Waterloo
(frères/soeurs:- Jean Mathurin CHASSÉRIAU- Louise Elisabeth Josèphe SWANTON née CHASSÉRIAU- Benjamin CHASSÉRIAU- Marguerite Antoinette CHASSÉRIAU- Antoinette Louise CHASSÉRIAU- Josèphe Louise CHASSÉRIAU- Henri Victor CHASSÉRIAU- Louise CHASSÉRIAU- Elisabeth Eléonore CHASSÉRIAU- Augustin CHASSÉRIAU- François Vincent CHASSÉRIAU- Marie Cécile CHASSÉRIAU- Alexandre CHASSÉRIAU- Henri Louis Théodore CHASSÉRIAU- Charles Eugène CHASSÉRIAU- Benoît CHASSÉRIAU- Adèle CHASSÉRIAU)
ax Saint-Domingue, 1802, Elisabeth RANSON

DESCENDANCE


Avec Elisabeth CHASSÉRIAU née RANSON
1 ) Frédéric CHASSÉRIAU (9 janvier 1802-ca. janvier 1896)
2 ) Louis CHASSÉRIAU
3 ) Marguerite CHASSÉRIAU
4 ) Elisabeth CHASSÉRIAU

 

 

Principale source : APN

Renseigné par un parent éloigné

Généalogie d'Haïti et de Saint-Domingue
Estelle & Jean-Paul Manuel © 1998-2009.
AVERTISSEMENT : CE SITE NE PEUT ÊTRE CITÉ COMME RÉFÉRENCE CAR IL RASSEMBLE DES DONNEES AUX ORIGINES DIVERSES QUI N'ONT PAS PU ETRE TOUTES VERIFIEES.
N'HESITEZ PAS A SIGNALER LES ERREURS.

Corrections : haiti.saintdomingue @ gmail.com
Révisé le dimanche 20 juin 2010

 

Frédéric-Victor CHASSÉRIAU

inspiré de : "Trois familles en Périgord-Limousin" par André-Pierre Nouvion

Né à la Rochelle le 19 octobre 1774.

Entré au service le 12 septembre 1791;

  • Sous-lieutenant au régiment de Berwick le 15 septembre 1791
  • Lieutenant au même régiment le 10 novembre 1791, à Saint-Domingue jusqu'à fin septembre 1793
  • Il est destitué et emprisonné par les commissaires civils français Sonthonax et Polvérel avec d'autres officiers suspectés de sentiments royalistes. Dans la colonie les commissaires ont décrété l'abolition de l'esclavage six mois avant qu'elle ne soit ratifiée par la Convention.
  • Il s'évade pour les Etats-Unis d'où il ne revient qu'en 1798, au départ des anglais de la colonie chassés par le général français Toussaint Louverture qui s'est habilement débarrassé de la commission civile en les faisant nommer à la députation en France. 
  • Rendu à la vie civile, il exploite ses terres du quartier de Jérémie comme bon nombre de colons émigrés encouragés au retour par Toussaint, nommé Gouverneur général de la colonie, qui veut faire fructifier la colonie en substituant à l'esclavage le travail rémunéré des noirs, même forcé. 
  • Il ne reprend du service qu'à l'arrivée de l'expédition Leclerc en avril 1802. Cette expédition, dont son frère Benoît est le Trésorier, a pour objectif de mettre Toussaint aux arrêts et de rétablir l'esclavage.
  • Capitaine commandant les grenadiers au 66ème régiment le 15 frimaire an XII [7 décembre 1803]
  • Aide de camp du général O'Harty le 13 septembre 1806
  • Attaché à l'état-major général du grand-duc de Berg, à l'armée d'Espagne et attaché à l'état-major de l'armée du Centre, de septembre 1811 au 15 mai 1812
  • Chef d'état-major du général baron Daultanne
  • Chef d'état-major du Centre, de septembre 1811 au 15 mai 1812
  • Chef d'état-major du général baron Beaumont, commandant la cavalerie légère du 12ème corps le 13 juin 1813
  • Adjudant commandant le 18 juin 1813
  • Chef d'état-major général du comte Milhaud, commandant en chef du 4ème corps de cavalerie de réserve le 6 novembre 1813

D'après les renseignements données à asa famille à la suite de la campagne de Belgique, Chassériau aurait été nommé général de brigade le 16 juin 1815.

Blessures; 

  • coup de feu à la cuisse droite à Saint-Domingue à l'affaire des Platons en 1793 
    [Une violente révolte d'esclaves se déclare dans la région des Cayes. Ils se retranchent dans la forteresse des Platons. Le 6 août 1792, dans le but de mater la rébellion, le gouverneur de Blanchelande dirigea contre eux trois colonnes de troupes fortes plus de quinze cents hommes commandés respectivement par le colonel de Thiballier, les capitaines Deschet et Sanson. La déroute fut complète. Les noirs brulèrent et saccagèrent les habitants tout en poursuivant les fuyards. Armand et Gilles Benech prirent ainsi le contrôle de la région des platons avec les esclaves révoltés. Le 12 janvier 1793 le commissaire civil Polvérel attire les chefs des noirs révoltés hors de la forteresse des Platons qui domine les Cayes. Durant la négociation, le lieutenant colonel Harty atteignit les Platons à la tête d’un bataillon. Il n’y trouva que les gens sans défense, femmes, enfants et handicapés que les soldats français massacrèrent sans pitié.]; 
  • blessé en Espagne le 8 janvier 1809 au combat de Belris; 
  • coup de feu à la main droite à la bataille de Leipzig le 18 octobre 1813.
  • Il fut tué le 18 juin 1815, dans la dernière charge au Mont-Saint-Jean, le soir de la bataille de Waterloo, à la tête des cuirassiers du général comte Milhaud, dont il était toujours chef d'état-major général.

Membre de la Légion d'honneur le 4 novembre 1813; officier de la Légion d'honneur le 25 février 1814; baron le 3 avril 1815 [Sic : plutôt 1814 selon J.C. de Vaugiraud qui cite le dictionnaire des colonels de Napoléon de Danielle et Bernard Quitin]; chevalier de Saint-Louis le 11 octobre 1814. Il est représenté dans le médaillon en grand uniforme du Conseil Supérieur de Saint-Domingue

Ces renseignements biographiques ont été fourni par le baron Arthur Chassériau, son petit-fils, membre de la Sabretache.

__________________________________

Sur la carrière militaire de Frédéric Chasseriau

Le rapport fait au ministre de la guerre le 21 frimaire an XII de la République nous apprend que Victor-Frédéric ayant été destitué lors de l'affaire malheureuse de la révolte de Saint-Domingue en 1793 présenta au ministère une demande de remise en activité.

Le ministre ayant chargé le bureau de l'infanterie de la 1ère division d'instruire le dossier le rapport fait audit ministre donna un avis positif au vu de la qualité des services rendus à la République par Chassériau.

«On ne connaît point les 1ers services du Citoyen Chassériau mais il est porté sur le registre du 88ème Régiment ci-devant Berwick comme sous-lieutenant dans ce corps le 15 septembre 1791 et comme lieutenant le 10 novembre suivant. Le général de brigade Harty (O'), ancien colonel de ce régiment et qui l'a commandé à St-Domingue atteste que le Citoyen Chassériau a été fait capitaine au 2ème bataillon de ce Corps: qu'il remplissait encore les fonctions de ce grade à la fin de septembre 1793, époque où lui, Général de Brigade a cessé de commander le Régiment. Je certifie en outre que le Citoyen Chassériau a tenu constamment sous ses ordres une conduite excellente et qu'il a éprouvé son zèle et son intelligence dans les divers détachements qu'il lui a confiés.»

«Le Citoyen Chassériau expose dans son mémoire qu'il a continué son service jusqu'au moment de la destitution et de l'emprisonnement de ses officiers supérieurs ordonnée par les commissaires Polvérel et Sonthonax : que destitué lui-même et condamné à la déportation avec six autres officiers du Corps, ils refusèrent d'évacuer l'Isle dans la crainte de tomber au pouvoir des Anglais, qu'enfermé dans une prison avec ses six compagnons d'infortune il les y a vu périr tous : qu'échappé seul à la mort, il a pu enfin se réfugier aux Etats-Unis : qu'il y est resté jusqu'à ce que les Anglais ayant évacué la partie (c.à.d. la partie de l'Ile) de Jérémie où il avait ses possessions, il est rentré dans ses foyers : qu'à l'arrivée du Général Leclerc, il a vu périr de la main de ses nègres 800 habitants du Port-au-Prince, lieu de son domicile : qu'échappé avec peine au massacre, il a combattu comme simple habitant jusqu'à son départ pour la France qui a été autorisé par le général en Chef. L'Adjudant commandant Dallou atteste qu'à l'arrivée de la division Boudet au Port-au-Prince, le citoyen Chassériau s'empressa de se joindre à elle pour combattre les rebelles : que dans cette occasion, il montra beaucoup de Zèle et de Bravoure : qu'il n'a pas cessé depuis de servir dans la garde nationale du Port-au-Prince et aux avant-postes de l'armée française. J'atteste de plus que le citoyen Chassériau n'a fait aucune offre de service pendant tout le temps de la domination de Toussaint-Louverture.»

3familles_apnouvion.jpg (116761 octets)